À propos

LOGO_METROPOLEbureau_BEO

amu

Pièce jointe

up13-webLOGO_CD

L’errance, l’exil, la grande précarité, la marginalité des tribus de jeunes vivant à la rue, des toxicomanes, des gens du voyage, les Roms… autant de questions complexes et néanmoins quotidiennes, manifestation d’un processus d’inclusion défaillant. Les stratégies sociales et politiques, les interventions médicales et psychologiques s’avèrent toutes impuissantes, donnant à chaque fois une solution partielle, incapable de prendre en compte aussi bien la dimension des représentations sociales que des aspects culturels et anthropologiques, traumatiques et subjectifs. En manque d’une logique unifiant les approches divers en sciences humaines capable de rendre compte de la magnitude du problème ainsi que des modes transversaux d’intervention, ce colloque veut créer un espace de convergence entre les théoriciens et praticiens intéressés, de manière large, par les processus d’exclusion, pour entamer la délimitation d’un champ et l’élaboration d’une problématique et d’une méthodologie d’analyse.

Ces phénomènes de groupe ne sauraient, en effet, être séparés du subjectif : le sujet se constitue dans un aller-retour permanent entre des mouvements individuels de signification de l’environnement et des échanges avec d’autres. La reconnaissance par le groupe détermine à son tour une appartenance et une identité –reconnaissance qui exige, en contrepartie, l’acceptation des valeurs données par le groupe aux produits et objets d’échange. Afin d’élaborer et de comprendre les effets mutuelles du désir singulier sur le groupe et du groupe sur le sujet, notre point de départ envisage, suivant les propositions de Freud dans Malaise dans la culture, l’existence des échanges et des objets, aussi bien dans ce qu’organise la sexualité que dans le corps social. Nous avons ainsi envisagé les points d’articulation entre le singulier et le social comme nœuds de réflexion : objets et produits d’échange, leur valeur et reconnaissance, ainsi que leur éventuelle capacité à induire des transformations dans les systèmes sociaux et les circuits d’échange.

En termes pratiques, nous devons, dans ce terrain, travailler avec une jouissance qui pousse à l’ombre des systèmes d’échange et qui résiste à l’interprétation. Toute construction théorique sur cette pratique doit ainsi se référer à des dispositifs culturels, sociaux, temporels, capables de sortir des segmentarités politiques et de savoir afin de mettre au travail le temps particulier à ces phénomènes: temps de passage, de divagation, de déambulation… de création. Notre attention portera notamment, ainsi, sur les carrefours –entre le psychique et le social, de l’individuel et du collectif, du privé et de l’intime.

Nous souhaitons ouvrir aussi une réflexion sur la création comme forme de déplacement et de transformation des systèmes sociétaux, créateur de voies de reconnaissance et de circulation. Le moment où la création permet d’ouvrir vers d’autres voies d’accès au plaisir. Nous discuterons les enjeux particuliers à cette possibilité de création et son lien à la transformation de systèmes d’échange, ainsi que le statut de l’ACTE et de la REPRESENTATION dans la création. Plusieurs questions nous animent: quand est-ce que le Rap, le Graffiti, le tatouage, le Slam, le piercing, le Clash’, le tag, le pressionisme acquièrent une connotation artistique, de reconnaissance de figuration d’un phénomène social… pourquoi ils demeurent parfois dans la marginalité ou l’exclusion ?

Il s’agira donc d’examiner un certain nombre de points de vue, à partir de corpus et de supports variés autour de 3 axes principaux:

Axe 1. Valeur et fonction de l’objet dans les processus d’inclusion et d’exclusion

Notre point de départ pour cette réflexion sera psychanalytique, à partir des notions de plaisir, déplaisir et angoisse comme articulation entre le désir et ses inscriptions par la société. Comment se forme la valeur des objets du désir pour le sujet ? Quelles sont les modalités d’inscription de cet échange dans son lien au désir, au plaisir et à l’angoisse ? Il s’agira de préciser la « valeur » socialement déterminée, des désirs, sachant que c’est à partir de l’excès qui constitue la vie sexuelle que la psychanalyse aborde l’échange.

Axe 2. Jouissance, reconnaissance. Déterminants singuliers du social, inscriptions sociales de la singularité.

Déterminants singuliers du social, inscriptions sociales de la singularité. Comment les échanges sociaux mobilisent-ils ce qui est recherché et ce qui est exclu par le désir ? Les processus subjectifs touchant la question de l’intégration-exclusion ne dépendent pas seulement de l’intimité psychique mais s’installent également dans les espaces publics. Chaque parcours subjectif serait ainsi susceptible de se voir traversé par les espaces quotidiens où il se déroule, faisant de l’espace collectif un terrain d’organisation, par exemple dans la constriction de trajectoires psychosociales alternatives, d’errance ou de création. Ces modes d’organisation inhabituelles seraient-elles des formes possibles d’intégration ?

Axe 3. Création et Production artistique. Acte et Œuvre.

Peut-on confronter l’histoire où s’élabore la jouissance d’un corps avec la façon dont se construit une toile, une statue ou une œuvre musicale ? L’objet créé pour faire consister un rapport entre Symbolique, Imaginaire et Réel assure la consistance d’un nœud entre les instances subjectives grâce à une transformation purement individuelle ?

Pour les inscriptions, veuillez ouvrir l’onglet FICHE d’INSCRIPTION

Inscriptions individuelles : 100€
Institutions, Formation Continue : 120€
Etudiants hors-AMU : 10€

Contact: absa.ndiaye@univ-amu.fr